Archive pour janvier, 2017

Katarina Bivald : Le jour où Anita envoya tout balader

le-jour-ou-anita-envoya-tout-balader-764859-264-432

L’été de ses dix-huit ans, Anita Grankvist s’était fixé trois objectifs : apprendre à conduire une moto, acheter une maison et devenir complètement indépendante.

Presque vingt ans plus tard, Anita n’a toujours pas réalisé ses rêves. Elle mène une petite vie tranquille, seule avec sa fille Emma, et travaille au supermarché local. Le départ d’Emma pour l’université va bouleverser ce quotidien un peu fade. Anita réalise qu’elle va devoir gérer quelque chose qui lui a cruellement manqué ces deux dernières décennies : du temps libre.

Qu’à cela ne tienne, Anita commence à prendre des leçons de moto, se lance dans un projet impossible, apprend à connaître sa mère légèrement sénile, et tombe follement amoureuse.

Finalement, n’est-ce pas merveilleux de réaliser ses rêves d’adolescence à l’approche de la quarantaine?

Publié dans:Auteurs en B, Bivald Katarina |on 31 janvier, 2017 |1 Commentaire »

Derek Van Arman : Il

il-453326-264-432

« La plupart des tueurs en série n’ont rien à voir avec les mythes qu’ils ont engendrés. Ils ne vivent pas isolés, au milieu des bois ou au fin fond d’un asile. Ce sont vos propres voisins. Comme Bundy, Statler, Gacey, Williams, Merrin et des centaines d’autres sur cette liste, ce sont des individus que vous croisez aux réunions de parents d’élèves ou aux matchs de base-ball de Little League, ils prennent le bus avec vous, leurs enfants jouent avec les vôtres, et ils récitent peut-être même le Notre Père avec vous, lors de vos réunions de famille.» Ainsi parle Jack Scott, directeur de l’agence fédérale en charge des crimes violents et spécialiste des serial killers. Lorsqu’une mère et ses deux filles sont sauvagement assassinées dans une mise en scène macabre, c’est le début d’une chasse à l’homme impitoyable. Jack, qui pensait avoir tout enduré, devra affronter son passé pour mettre la main sur un tueur atypique, aussi pervers que machiavélique.

Publié dans:Auteur en V, Van Arman Derek |on 31 janvier, 2017 |1 Commentaire »

Roald Dahl : Le BGG, le Bon Gros Géant

Roald Dahl le Bon Gros Géant

Sophie ne rêve pas, cette nuit-là, quand elle aperçoit de la fenêtre de l’orphelinat une silhouette immense vêtue d’une longue cape et munie d’une curieuse trompette. Une main énorme s’approche et saisit la petite fille terrifiée pour l’emmener au pays des géants. Mais heureusement, Sophie est tombée entre les mains d’un géant peu ordinaire : le Bon Gros Géant, qui se nourrit de légumes et souffle des rêves dans les chambres des enfants… Avec la jeune Sophie, devenez l’ami du géant au grand cœur et apprenez son langage pour le moins loufoque ! Un chef-d’œuvre d’imagination signé Roald Dahl !

Publié dans:Dahl Roald |on 29 janvier, 2017 |1 Commentaire »

James. v Hart : Les Terribles Aventures Du Futur Capitaine Crochet

les-terribles-aventures-du-futur-capitaine-crochet-78517-264-432

Avant de devenir le terrible Capitaine Crochet, James était un adolescent comme les autres, ou presque… Anticonformiste et rétif à l’autorité, il est plus prompt à se faire des ennemis que des amis. Mais, surtout, il se sent à l’étroit dans la société londonienne. Poussé par l’amour, la haine et l’ambition, il est prêt à tout pour trouver l’endroit où sa destinée pourra s’accomplir : le Pays de Nulle Part…

Enregistrer

Publié dans:Auteurs en H, Hart James. v |on 22 janvier, 2017 |1 Commentaire »

Xinran : L’enfant unique

l-enfant-unique-753728-264-432

Ceci est un livre sur la première génération d’enfants uniques en Chine, ceux nés entre 1979 et 1984. Ils ont profité seuls de tous les cadeaux matériels, de l’amour et de l’attention qu’ils auraient dû partager avec une fratrie. Pour cette raison, ils ont manqué de pratique dans tout ce qui touche à la communication, au partage, à l’entraide, à la tolérance. C’était comme si le monde n’appartenait qu’à eux.

En même temps, quand je regarde leurs croyances, leurs valeurs, leurs techniques de survie, les mots même qu’ils utilisent, je m’étonne de voir à quel point ils sont différents les uns des autres. Je crois qu’arrivés à la fin de ce livre, vous aurez peut-être, comme moi, été émus par chacun d’eux. Et vous vous apercevrez aussi que leur histoire retrace le cours des transformations rapides qui se sont produites dans la société chinoise. Comprendre les enfants uniques d’aujourd’hui en Chine constitue une ressource inestimable pour comprendre non seulement l’avenir de la Chine, mais aussi sa manière d’interagir avec le reste du monde. Pourquoi devrions-nous écouter et essayer de comprendre la voix de cette génération ? Parce que l’avenir que nous partageons avec eux est aussi précieux que le ciel bleu.

Publié dans:Auteur en X, Xinran |on 22 janvier, 2017 |2 Commentaires »

Didier Van Cauwelaert : L’éducation d’une fée

l-education-d-une-fee-3446763-264-432

« J’ai une femme que j’aime et qui est en train de me quitter, et un fils de son premier lit que j’adore et à qui je n’arrive pas à dire la vérité. » Jamais Nicolas n’a énoncé aussi clairement sa situation depuis que le rêve a tourné au cauchemar. Le rêve c’est la double rencontre-miracle qui a changé la citrouille en carrosse : « Je suis tombé amoureux de deux personnes en même temps, un vendredi matin, dans un bus d’Air France. » Le cauchemar, c’est le besoin d’Ingrid d’enterrer vivant tout ce bonheur malgré son amour pour Raoul, son fils, et pour Nicolas. Qu’y comprendre ? Devant Sezar, l’étudiante iranienne apparue comme pour panser ses plaies ou comme la fée que Raoul veut voir en elle, il est soudain possible d’être lucide mais aussi de réintroduire le merveilleux au sein du drame.

Publié dans:Auteur en V, Van Cauwelaert Didier |on 22 janvier, 2017 |1 Commentaire »

Christian Signol : Dans la paix des saisons

41GvkiZyNzL._SX319_BO1,204,203,200_

Après une grave opération, Mathieu s’interroge sur le moyen de surmonter l’épreuve qu’il vient de subir. A peine sorti de l’hôpital, il songe à Paul et Louise, ses grands-parents, qui l’ont élevé loin de Paris jusqu’à l’âge de douze ans. Il se remémore le refuge que représente pour lui leur petite maison du Quercy, près d’une douce rivière. Auprès de cet ancien forgeron, qui continue de forger des fers qu’il ne vend plus, et de cette sage-femme, qui a dû quitter un métier qui la passionnait, Mathieu trouve la force et le courage qu’il était venu chercher. Leur humanité généreuse, leur énergie farouche, leur obstination à vivre heureux malgré le délitement de leur univers familier le hisseront vers un nouveau bonheur et une vie différente, peut-être plus féconde. Une belle méditation sur le passé, la vie, la mort, portée par la prose lumineuse de Christian Signol.

Publié dans:Auteur en S, Signol Christian |on 22 janvier, 2017 |2 Commentaires »

Kent Haruf : Nos âmes la nuit

nos-ames-la-nuit-804466-264-432

Dans la petite ville de Holt, Colorado, dans une Amérique profonde et isolée, Addie, une septuagénaire, veuve depuis des décennies, fait une étrange proposition à son voisin, Louis, également veuf : voudrait-il bien passer de temps à autre la nuit avec elle, simplement pour parler, pour se tenir compagnie ? La solitude est parfois si dure… Bravant les cancans, Louis se rend donc régulièrement chez Addie. Ainsi commence une très belle histoire d’amour, lente et paisible, faite de confidences chuchotées dans la nuit, de mots de réconfort et d’encouragement. Une nouvelle jeunesse apaisée, toute teintée du bonheur de vieillir ensemble.

Mais voilà, les choses ne vont pas se passer si simplement, les cancans vont bon train, et les familles s’en mêlent… Que va-t-il advenir de cette bulle de douceur si précieuse qu’Addie et Louis avaient réussi à construire ?

Enregistrer

Publié dans:Auteurs en H, Haruf Kent |on 22 janvier, 2017 |1 Commentaire »

Javier Moro : Le sari rose

le-sari-rose-265821-264-432

Par amour, elle l’aurait suivi jusqu’au bout du monde, par fidélité, elle a conquis les sommets du pouvoir… Cambridge, 1965. Rien ne prédisposait Sonia Maino, une jeune Italienne d’origine modeste, à rencontrer Rajiv, petit-fils de Nehru et fils d’Indira Gandhi. Au Varsity, le restaurant où leur ami commun les présente, Sonia tombe immédiatement sous le charme de cet étudiant discret, dont le seul rêve est de devenir pilote de ligne. Trois ans après et malgré les réticences de son père, Sonia épouse Rajiv à New Delhi. Elle revêt pour l’occasion le sari rose tissé par Nehru en prison, celui-là même qu’avait porté Indira lors de ses noces. Par ce mariage avec Rajiv, Sonia, l’Européenne catholique, choisit d’unir son destin à celui d’une nation, qui, pour l’heure, lui est étrangère. Des années plus tard, en 1991, la mort tragique de Rajiv ne pourra défaire les liens qui se sont noués entre Sonia et le peuple indien… Par-delà l’histoire de Rajiv et Sonia, ce couple improbable et passionné, Javier Moro nous raconte la métamorphose d’une femme : d’étudiante timide à Cambridge, Sonia deviendra une épouse et une mère, pour se révéler dans l’épreuve une habile politique. Au coeur de ce pays qu’avec le temps elle a fait sien, Sonia reprendra le flambeau des Gandhi..

Publié dans:Auteur en M, Moro Javier |on 22 janvier, 2017 |1 Commentaire »

David Ignatius : Bloodmoney

bloodmoney-3412463-264-432

Quelqu’un au Pakistan assassine un à un les membres d’une nouvelle unité de renseignements de la CIA qui cherche à rétablir la paix en achetant les ennemis de l’Amérique. Sophie Marx, une ambitieuse jeune officière de la CIA, est chargée de découvrir qui commet les meurtres et pourquoi. Son point de départ : Alphabet Capital, un fonds spéculatif à Londres qui sert d’écran pour l’opération secrète. Mais son enquête s’élargit rapidement à plusieurs capitales du Moyen-Orient et aux montagnes impitoyables du Waziristan du Sud.

Sophie pense avoir le soutien de son patron, le coriace Jeffrey Gertz, et de son cordial mentor au Q. G. de Langley, Cyril Hoffman. Elle reçoit également un coup de pouce du très courtois lieutenant général qui dirige la Direction pour le renseignement inter-services du Pakistan. Toutefois, plus elle avance dans son enquête, plus elle se rend compte que rien dans cette galerie des miroirs n’est tout à fait ce qu’il paraît ; c’est d’autant plus vrai pour les motivations et la vraie nature du cerveau derrière les meurtres. Dans ce théâtre de la violence et du ressentiment, rien n’avait préparé la jeune femme au dénouement du dernier acte.

Publié dans:Auteurs en I, Ignatius David |on 22 janvier, 2017 |1 Commentaire »
1234

Lecture Poupon |
Velouria |
Oceiraconte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Acrolire2
| Booksmadness
| Amarosam