Katharina Winkler : Les Bijoux bleus

les-bijoux-bleus-997284-264-432

Des étoiles plein les yeux, l’innocente Filiz, treize ans, demande à l’arbre sacré de son village reculé de Turquie si le jeune Yunus deviendra son mari.

La réponse ne tarde pas.

Le mariage est un tourbillon.

Il sera consommé dès la fin de la découpe du gâteau blanc meringue avec le rituel du drap taché du sang de la “petite vierge”.

Très vite, tout est noyé de bleu dans le quotidien de la jeune fille.

Yunus s’emporte fréquemment contre son épouse, sous le toit de l’“araignée”, la mère du garçon.

Alternant silence dédaigneux et méchanceté tranchante, la belle-mère et le mari, fort de son droit d’époux, tissent une toile de terreur qui emprisonne Filiz, recluse dans sa condition de femme mariée.

La sexualité conjugale est viol quotidien.

Les bijoux bleus ne tardent pas à recouvrir son corps, sur lequel, au gré des fractures, apparaissent bientôt des reliefs, fruits de la tyrannie exercée par Yunus.

Et le ventre s’arrondit. Trois fois. Pour trois enfants issus d’un foyer à feu et à sang.

Puis c’est l’exode vers l’Autriche. La rencontre avec la langue allemande, les jeans, l’apprentissage de la conduite, les femmes aux cheveux découverts et détachés. Une lueur d’espoir.

Basé sur des faits réels, baigné de couleurs et de lumière, et d’une extraordinaire poésie, ce roman donne forme et voix à une violence comme ritualisée, trop souvent tue.

Publié dans : Auteurs en W, Winkler Katharina |le 25 janvier, 2019 |2 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

2 Commentaires Commenter.

  1. le 25 janvier 2019 à 14 h 42 min naty2703 écrit:

    Un magnifique roman basé sur une histoire vraie. Raconté avec beaucoup de pudeur.

    On souffre avec Filiz, battue et violée par son mari. Mais pour ces femmes qui vivent en Turquie, c’est le quotidien, et il ne leur viendrait pas à l’idée de se rebeller.

    Pourtant Filiz à épousé Yunus parce qu’elle l’aime, mais l’amour ne suffit pas, et les coups s’abattent malgré tout, sur elle et sur leurs enfants.

    Un roman poignant, à lire de toute urgence.

    Répondre

  2. le 27 janvier 2019 à 15 h 54 min Séverine écrit:

    Je l’ai lu d’une traite, le regard dur sur les mots qui le sont tout autant. La vie de Filiz, ses souffrances, son calvaire. Tout n’est que violence. Ce témoignage est à glacer le sang et l’épilogue, aussi « heureux » peut-il sembler ne le sera pas réellement car une autre femme portera des bijoux bleus quelque part sur Terre.

    Répondre

Laisser un commentaire

Lecture Poupon |
Velouria |
Oceiraconte |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Acrolire2
| Booksmadness
| Amarosam