Wendall Utroi : la tête du lapin bleu

Wendall Utroi  la tête du lapin bleu

Quand l’amour terrasse Ava et Léo sur les bancs du lycée, et qu’un an plus tard, à l’approche de la naissance de jumeaux, ils convolent en justes noces contre l’avis de tous, on comprend que le bonheur peut être soudain. Les histoires toutes simples ne sont pas les moins belles. On s’aime, on se marie, les rires des enfants viennent peupler notre petit monde. Le bonheur n’est pas aussi exigeant qu’on le dit. Puis, avec les années, on pense que rien ne peut troubler notre quiétude, notre douceur de vivre. Mais, c’est sans compter sur le destin. Lui peut se jouer de nous… brouiller les cartes, changer les règles. Vous pensez que rien ne peut vous arriver ? Et si vous vous trompiez ?

Publié dans : Auteur en U, Utroi Wendall | le 16 juin, 2019 |Pas de Commentaires »

Frédéric Dupouy : Quintland L’incroyable destin des premières quintuplées

Fred DuPouy, Quintland, l’incroyable destin des premières quintuplées

Quintland a tout d’un parc de loisirs. Les touristes s’y bousculent, on s’y rend en famille ou lors d’une excursion scolaire, plusieurs visites par jour sont organisées. Mais à Quintland, vous ne trouverez qu’une seule et unique attraction. Ce sont cinq petites filles que l’on peut regarder vivre derrière une vitre sans tain. Cinq petites filles isolées, surmédiatisées, éloignées de leurs parents.
Elles sont les premières quintuplées de l’histoire à avoir survécu. C’était au Canada, en 1934. Quintland, le « Pays des Quintuplées », a existé pour de vrai.

Publié dans : Dupouy Fred | le 16 juin, 2019 |Pas de Commentaires »

Laëtitia Colombani : les victorieuses

Laëtitia Colombani, les victorieuses

A 40 ans, Solène a tout sacrifié à sa carrière d’avocate : ses rêves, ses amis, ses amours. Un jour, elle craque, s’effondre. C’est la dépression, le burn-out. Tandis qu’elle cherche à remonter la pente, son psychiatre l’oriente vers le bénévolat : sortez de vous-même, tournez-vous vers les autres, lui dit-il. Peu convaincue, Solène répond pourtant à une petite annonce :  » association cherche volontaire pour mission d’écrivain public  » .
Elle déchante lorsqu’elle est envoyée dans un foyer pour femmes en difficultés… Dans le hall de l’immense Palais de la Femme où elle pose son ordinateur, elle se sent perdue. Loin de l’accueillir à bras ouverts, les résidentes se montrent distantes, insaisissables. A la faveur d’un cours de Zumba, d’une lettre à la Reine d’Angleterre ou d’une tasse de thé à la menthe, Solène va découvrir des femmes aux parcours singuliers, issues de toutes les traditions, venant du monde entier.
Auprès de Binta, Sumeya, Cynthia, Iris, Salma, Viviane, La Renée et les autres, elle va se révéler étonnamment vivante, et comprendre le sens de sa vocation : l’écriture. Près d’un siècle plus tôt, Blanche Peyron a un combat. Capitaine de l’Armée de Salut, elle rêve d’offrir un toit à toutes les femmes exclues de la société. Sa bataille porte un nom : le Palais de la Femme. Le Palais de la Femme existe.
Laetitia Colombani nous invite à y entrer pour découvrir ses habitantes, leurs drames et leur misère, mais aussi leurs passions, leur puissance de vie, leur générosité.

Publié dans : Colomani Laetitia | le 16 juin, 2019 |Pas de Commentaires »

Dan Simmons : Collines noires

Dans Simmons collines-noires-1545376295626-300x466

Indien lakota, Paha Sapa alias « Collines noires » possède un don remarquable : il lui suffit de toucher un être humain pour pénétrer sa conscience et lire dans son passé comme dans son avenir. C’est en 1876, lors de la bataille de Little Big Horn, qui opposait une coalition de tribus indiennes aux tuniques bleues du général Custer, que le jeune Indien alors âgé de onze ans découvre ses pouvoirs visionnaires et divinatoires. Entré fugitivement en contact avec Custer, Collines noires est aussitôt envahi par les pensées du chef de guerre américain, tombé au champ d’honneur. Il va devoir désormais cohabiter avec cet esprit étranger qui loge en lui. Les Collines noires (en anglais, Black Hills), c’est également le nom que les Blancs ont donné au territoire sacré des Indiens, dans le Dakota du Sud. Un lieu où, dans les années 1930, ils ont décidé d’édifier une oeuvre monumentale à la gloire des Pères fondateurs de la nation américaine : les quatre célèbres statues sculptées sur le mont Rushmore, au coeur même de ce sanctuaire. C’est là que, devenu vieux, Collines noires travaille en tant que dynamiteur – caressant le rêve fou de réduire un jour en poussière ces symboles infamants de la suprématie autoproclamée de l’Homme blanc. Figure emblématique de la science-fiction, Dan Simmons se mue, avec Collines noires, en historiographe. A l’instar de son héros Collines noires, dont il narre le destin prodigieux – depuis son enfance au côté de Sitting Bull et Crazy Horse jusqu’à la fin de sa vie au mont Rushmore, en passant par ses années au sein de la troupe de Buffalo Bill, la rencontre de l’amour lors de l’Exposition universelle de Chicago de 1893 ou ses souvenirs de la construction du pont de Brooklyn -, Simmons nous invite à pénétrer la psyché des Amérindiens. Il en tire un plaidoyer vibrant en faveur d’une civilisation à la richesse incomparable, impitoyablement ruinée par le cours de l’Histoire.

Publié dans : Simmons Dan | le 4 juin, 2019 |1 Commentaire »

Barbara Wood : Les vierges du Paradis

Barbara Wood  Les vierges du Paradis

Parce qu’un homme cruel et corrompu l’a violée, Yasmina a été bannie et répudiée. Elle a dû quitter Le Caire et abandonner son fils bien-aimé.
Elle refait sa vie aux Etats-Unis et court le monde, exerçant ses talents de médecin au sein d’une organisation humanitaire. Mais jamais elle n’a pu oublier l’Egypte.

Vingt-cinq ans plus tard, sa grand-mère la rappelle au Caire. Elle a décidé de lui révéler les secrets de la famille. En l’espace d’une nuit, Yasmina retrouve ses racines et découvre une histoire de chair et de sang, tissée d’amour et de larmes ; une histoire digne des contes des  » Mille et Une Nuits « …….

Publié dans : Wood Barbara | le 30 mai, 2019 |1 Commentaire »

Conchita Wurst : Moi Conchita, Rien ne nous arrêtera

Conchita Wurst Moi Conchita rien ne nousarrêtera

En l’emportant en mai 2014 à l’Eurovision, Conchita Wurst a conquis des millions de fans, faisant taire les nombreuses voix qui s’étaient élevées contre sa sélection pour représenter l’Autriche, y voyant une promotion indue des droits des gays.
En passe de devenir une icône planétaire, Conchita Wurst a reçu le soutien d’Elton John, Cher, Karl Lagerfeld, Boy George et bien d’autres stars.
Après sa victoire, tout s’est enchaîné : elle a été faite citoyenne d’honneur de la ville de Vienne, elle a effectué une tournée mondiale, elle a posé pour Pierre & Gilles, défilé pour Gaultier, s’est produite sur la scène du Crazy Horse. Et elle prépare à présent la sortie prochaine de son premier album.
Pour la première fois, Conchita parle de son enfance, de l’amour de ses parents, du soutien de sa grand-mère, mais aussi de la discrimination qu’elle a subie.
L’histoire d’un garçon qui n’a cessé de croire en son étoile. Et qui livre un message de tolérance et d’amour : « Ils ne nous arrêteront pas ! »

Publié dans : Wurst Conchita | le 30 mai, 2019 |1 Commentaire »

Lydie Lefèvre : 13 jours dans la vie d’Elisa

Lydie Lefèvre 13 jours dans la vie d Elisa

Comment l’annonce d’un résultat médical peut bouleverser la vie d’une femme, voilà ce que raconte ce livre, le changement d’Elisa lorsqu’elle apprend qu’elle est atteinte du cancer du col de l’utérus. Avec ses mots, mélange d’ humour, de rires et de larmes, Élisa subit l’attente du verdict. C’est une période pendant laquelle elle se remet en question. Cette histoire est dédiée aux femmes ayant vécu cette expérience où le temps est en suspens ainsi qu’à celles qui soutiennent une amie, une s?ur, une mère, afin de mieux comprendre ce qui se passe psychologiquement chez la personne concernée. Il s’adresse aussi à la gent masculine dans le but d’améliorer la compréhension, le dialogue au sein du couple. Jour après jour, Élisa se transforme en une autre femme, et apprécie les joies et les peines que la vie nous donne. Chaque cas est différent, mais avec Élisa, grâce à son histoire, vous ne verrez plus les choses de la même façon. Il est toujours temps de changer et d’apprécier les petits riens du quotidien. Cet ouvrage a obtenu le Label Qualité des auteurs auto-édités, ce qui signifie qu’il respecte les règles principales de typographie, la syntaxe, qu’il n’y a pas de « coquilles », ni de fautes d’orthographe, et que la mise en page est correcte. Pour obtenir ce Label Qualité, l’auteur a dû suivre un certain nombre de règles édictées dans la Charte de Qualité des auteurs auto-édités, soumettre son ouvrage à différents contrôles pour vérifier le respect de ces règles et ensuite le corriger et le mettre en conformité avec ces règles.

Publié dans : Lefevre Lydie | le 30 mai, 2019 |1 Commentaire »

Jesmyn Waed : Le chant des revenants

Jesmyn Waed   Le chant des revenants

 

Jojo n’a que treize ans mais c’est déjà l’homme de la maison. Son grand-père lui a tout appris : nourrir les animaux de la ferme, s’occuper de sa grand-mère malade, écouter les histoires, veiller sur sa petite sœur Kayla.
De son autre famille, Jojo ne sait pas grand-chose. Ces blancs n’ont jamais accepté que leur fils fasse des enfants à une noire. Quant à son père, Michael, Jojo le connaît peu, d’autant qu’il purge une peine au pénitencier d’État.
Et puis il y a Leonie, sa mère. Qui n’avait que dix-sept ans quand elle est tombée enceinte de lui. Qui aimerait être une meilleure mère mais qui cherche l’apaisement dans le crack, peut-être pour retrouver son frère, tué alors qu’il n’était qu’adolescent.
Leonie qui vient d’apprendre que Michael va sortir de prison et qui décide d’embarquer les enfants en voiture pour un voyage plein de dangers, de fantômes mais aussi de promesses…

 

Seule femme à avoir reçu deux fois le National Book Award, Jesmyn Ward nous livre un roman puissant, hanté, d’une déchirante beauté, un road trip à travers un Sud dévasté, un chant à trois voix pour raconter l’Amérique noire, en butte au racisme le plus primaire, aux injustices, à la misère, mais aussi l’amour inconditionnel, la tendresse et la force puisée dans les racines.

Publié dans : Waed Jesmyn | le 18 mai, 2019 |1 Commentaire »

Michel Bussi : J’ai du rêver trop fort

Michel Bussi  J ai du rêver trop fort

Les plus belles histoires d’amour ne meurent jamais. Les plus belles histoires d’amour ne meurent jamais. Elles continuent de vivre dans nos souvenirs et les coïncidences cruelles que notre esprit invente. Mais quand, pour Nathy, ces coïncidences deviennent trop nombreuses, doit-elle croire qu’il n’y a pas de hasard, seulement des rendez-vous ? Qui s’évertue à lui faire revivre cette parenthèse passionnelle qui a failli balayer sa vie ? Quand passé et présent se répètent au point de défier toute explication rationnelle, Nathy doit-elle admettre qu’on peut remonter le temps ? En quatre escales, Montréal, San Diego, Barcelone et Jakarta, dans un jeu de miroirs entre 1999 et 2019, J’ai dû rêver trop fort déploie une partition virtuose, mêlant passion et suspense, au plus près des coeurs qui battent trop fort.

Publié dans : Auteurs en B, Bussi Michel | le 18 mai, 2019 |1 Commentaire »

Philippe Jarzaguet : Une tache indélébile

Jarzaguet Philippe  Une tache indélébile

— Allo Gros, t’es où ? — Chez moi, j’vais pas tarder à y aller. — OK, accorde-moi deux minutes. Le roumain m’a proposé une affaire. — Il solde des vierges ? le coupa le Gros en éclatant de rire. — Non pas encore, répondit Pablo étonnamment sérieux, faut pas rêver. — Dommage. Alors, c’est quoi ? — Un turc pour du café blanc. 34 ans après le drame, qui a déchiré l’île d’Aphrodite, les tensions restent vives. Deux amis d’enfance, Spyros, un chypriote grec et Arda, un chypriote turc, se retrouvent dans une association hétéroclite de malfaiteurs. Une jeune dominicaine et deux braqueurs ratés, cornaqués par un vieux voyou marseillais, sont embarqués dans un périple aux escales chaotiques jusqu’à Chypre, où vient frétiller Rino le Maquereau, l’indic du commandant Brassac.

Philipe JARZAGUET est né en 1962. Commandant de police, il a exercé à la direction centrale de la police judiciaire dans la lutte contre le grand banditisme, le trafic international des stupéfiants et le terrorisme. En poste une dizaine d’années à l’étranger, il a été chef du service de protection rapprochée du président de la république haïtienne, attaché de sécurité intérieure à Chypre, puis expert technique international à Madagascar.

Publié dans : Jarzaguet Philippe | le 18 mai, 2019 |1 Commentaire »
12345...67

Lecture Poupon |
Velouria |
Oceiraconte |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Acrolire2
| Booksmadness
| Amarosam